Du rififi à Crécy-en-Brie – Saison 2 – épisode 3

Cette fois la victime s’appelait Cathia, précisément, celle qui avait été identifiée dans l’affaire Paulo. Déconnectée elle-aussi, débranchée, au point à ne plus savoir se servir de ses appareils photos commandables par elle seule, ou plutôt par sa puce, celle qui marchait plus précisément !

L’affaire devenait sérieuse, on touchait le crime en série.

C’est au forum des associations qu’avait eu lieu le forfait, au gymnase Guy Drut.

Avec près de 300 associations et de multiples activités sportives, il avait fallu construire un nouveau gymnase. Il avait eté inauguré en grande pompe, dans le cadre des fêtes du jumelage de Crécy avec Pielenhofen, fêtes qui avaient attiré cette année encore plusieurs milliers de visiteurs. Et inauguré par Guy Drut en personne dont le gymnase portait le nom.

Donc, c’est en faisant un reportage sur le forum que Cathia avait été déconnectée. Avec quelques principaux responsables d’assoc et des politiciens locaux elle avait participé à un débat public sur le rôle social des associations dans notre société post-industrielle. Un événement incontournable ce débat, l’an dernier la télé l’avait relayé, un grand succès, il fallait en être. Ensuite, on l’avait aperçue près du côté de la salle de démo des activités sportives. Là-aussi, beaucoup de monde venus applaudir pendant les 3 jours du forum les centaines de démonstrations des meilleurs sportifs locaux.

Et c’est en déambulant du côté de l’espace dédié aux associations philatéliques, qu’on la vit qui s’excitait sur ses appareils photos. Ces maudits boitiers ne répondaient plus au son de sa voix, c’était le début de la déconnexion. Elle a essayé d’appeler le service de maintenance avec son mobile mais là-aussi pas moyen d’être reconnue. Déconnectée en pleine foule, il était gonflé le « serial deconnector » comme l’on appelé par la suite les médias.

On imagine comment sa vie devint impossible ensuite, à la fille. Elle faisait pitié. Le débat sur le rôle social des associations inspira quelques éminents participants, des brionautes en fait, à créer une association de soutien aux victimes du « serial deconnector ». Une sacré bonne idée, qu’ils ont eu, la nouvelle association fut une branche de plus de l’association des brionautes, devenue tellement florissante ces dernières années.

Mais cela ne résolvait pas pour autant le problème d’Emile, mettre la main sur ce satané criminel, et avant que toute la population n’ait besoin des brionautes …

On savait désormais que le type pouvait frapper partout. Il était peut-être sur place, avec une télécommande. Il pouvait très bien aussi être ailleurs et qui sait s’il connaissait sa victime. Car c’était la dernière hypothèse de Emile, le crime au hasard, juste en tirant au sort une adresse IP. Pourtant cela ne tenait pas à la réflexion plus approfondie, car les 2 victimes se connaissaient, il y avait là une coïncidence bien troublante.

(article vu 11 fois)

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Vous aimerez aussi...

20 réponses

  1. RC dit :

    En principe on attend le décès d’une personne célèbre pour donner son nom à une rue ou a un établissement Public. Veinard ce Guy Drut. A quand la place JMS à Voulangis ?

    • Florence dit :

      En général c’est vrai. Mais il est arrivé qu’on donne à une rue le nom d’une personne qui vivait encore.

      • jms dit :

        Il y a en effet des exceptions, je pense à des écoles primaires Yves Duteil par exemple, presque une figure locale lui-aussi. C’est l’occasion de rendre hommage à une personnalité locale (ou pas) sans attendre sa disparition. Connaître cela de son vivant c’est quand même valorisant pour la personne concernée.

  2. jms dit :

    A propos de déconnexion, et là ce n’est pas de la fiction, à lire cet article sur le sujet. Comment nous (enfin certains) sommes dépendant des moyens de communication modernes.
    http://www.internetactu.net/2010/08/23/ce-quil-y-a-de-bon-dans-la-deconnexion/

  3. jna dit :

    Moi, je me pose la question de la déconnexion du site des « Brionautes ».
    C’est souvent que je me dis, bon j’arrête, et puis, il y a toujours quelque chose qui m’attire vers lui.
    D’une façon plus générale, je trouve que je fais assez bien à une déconexion (quand elle forcée notamment) à l’occasion des vacances.

  4. jms dit :

    A propos du forum des associations évoqué dans l’épisode, en 2010, il aura lieu le dimanche 12 septembre au gymnase de Crécy.

Laisser un commentaire