Europe : On (ne) nous refait (pas) le coup

Remarquez la relative discrétion actuelle concernant le nouveau traité européen.
Alors que le référendum avait fait l’objet d’un tapage insolent (ce qui a probablement pesé sur le résultat surprenant pour les détenteurs de la vérité), remarquez la relative discrétion qui a conduit à l’accord de tous les dirigeants sur le traité "mini" récemment sorti des élucubrations des forces vives.
Il parait que c’est encore plus compliqué à lire et surtout à comprendre que précédemment parce que aux dires des connaisseurs, il ne s’agit pas d’un nouveau texte mais d’ajouts, modifications de paragraphes, renvois etc…
Apparemment ce mini traité sera à ratifier par le parlement et non pas par le peuple ?

De là à penser qu’on veut nous l’infuser sans que  les citoyens n’aient leur mot à dire… ? de peur que….

Si c’est le cas, fort à parier que nous serons tenus au courant après coup comme l’a été la réforme Balladur sur les retraites du privé il y a quelques années qui à l’époque n’avait déclenché aucune vague de protestation.

Même si on ne nous demande pas notre avis (après tout les députés sont les délégataires de notre volonté), la moindre des choses serait que le texte nous soit communiqué ne serait-ce que pour en avoir connaissance.

Espérons que ce sera le cas.

(article vu 9 fois)

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. jms dit :

    Sur cette affaire de mini-traité, je trouve que notre président a fait fort. Il fallait débloquer la situation sinon dans 10 ans on serait encore à tourner en rond. Faire avancer les institutions après le traumatisme du non au référendum est indispendable.
    Maintenant quel est le contenu de ce « mini-traité » ? il semblerait en effet qu’il est plus gros que l’ancien.
    Finalement, ce n’est pas étonnant. Si l’on veut mettre tout le monde d’accord et avoir une solution minimale il faut truffer le texte d’exceptions à n’en plus finir. C’était un peu le cas avec la constitution précédente qui contenait nombre de paragraphes pour traiter à part le cas du groënland (partie du Danemark mais aux lois propres) ou encore les antilles.
    Bref un texte compliqué qu’il vaut mieux laisser à l’appréciation du parlement selon moi.
    Je suppose que le texte est sur internet, en cherchant un peu on le trouvera bien.

    • retraitactif dit :

      Que tout le monde soit d’accord,c’est bien(enfin on espère) mais sur quoi??????
      Est- ce qu’un lecteur »averti » peut nous résumer ce qui changera par rapport à avant? :#

    • Jean-Michel Sagnes dit :

      Tout ce qui concerne l’Europe s’est toujours fait sans l’avis des électeurs.
      Alors, pourquoi changer quelque chose ?
      Giscard l’a lui-même dit : c’est mon traité avec quelques amendements !
      Mais c’est quand même une drôle de façon de gérer la démocratie : les Français ont dit NON au traité; tant pis pour eux, on le fera quand même en demandant au parlement de valider la décision présidentielle.
      C’est là que l’on va voir s’ils en ont : beaucoup ne sont pas d’accord et il est souhaitable qu’ils le disent.
      Et quand je dis que je suis plutôt du côté de notre Président, je fais grincer bien des dents.
      Pour moi, le peuple est souverain et si on va à son encontre, on court des risques !
      A bon entendeur, salut ! 😮

  2. lomig dit :

    Sans l’Europe y aurait il la Paix ?
    Sans l’Europe y aurait il encore une agriculture en France ?
    L’Europe de la fraternité est la seule réponse à l’instabilité du monde.
    Chapeau M. President …. quant à la décision prise par le Parlement, qui l’élit ?
    Avancer en changeant de méthode, c’est toujours avancer …..

  3. retraitactif dit :

    En lisant « en diagonale » on constate qu’il n’y a rien de changé sur les sujets « domestiques » qui ont inquiété les français.
    les services publics
    la turquie
    la main d’oeuvre( européenne ou non)
    etc..
    On nous resserre la soupe libellée différemment de façon à ce qu’ on comprennent encore moins que l’autre fois et que un peu fatigué on dise « après tout ça suffit on y va »(en admettant qu’on nous demande notre avis ce qui ne semble pas être le cas. pour l’instant.

Laisser un commentaire