Interco kézako ???

Disparition du pays crécois ????? 
Des débats du dernier conseil municipal de Crécy, il a été question que Crécy et d’autres communes soient rattachées à Coulommiers dans un "conglomérat" qui pourrait être qualifié de "interco" ou autres appellation bizarre… qu’en pensez vous ?
Ce soudain dessein de (encore) grossir très actuel est-il: nécessaire – souhaitable – inutile – dangereux ?
La Marne du 9 décembre 2015

La Marne du 16 décembre 2015

(article vu 25 fois)

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Vous aimerez aussi...

23 réponses

  1. jms dit :

    Quelques rappels pour situer le débat.
    Le Pays créçois est une « interco » créée en 1992, il n’y a pas de changement de status ni de vocabulaire qui se profile, mais un changement de périmètre.
    A l’époque cela s’appelait le district de Crecy et tout commença avec 4 communes : Crécy, Villiers, Voulangis et Saint-Germain.
    Le périmètre grandit ainsi que les compétences, pour arriver aux 19 communes actuelles.
    L’état pousse à développer les intercos. Ainsi aucune commune ne peut être isolée et la dernière loi en date impose une population minimale. Il s’en est suivi, une nouvelle carte, imposée par l’état, et qui prend acte au 1er janvier 2017.
    Ainsi de nombreuses intercos vont grossir. Près de chez nous la brie des moulins est regroupée avec le pays de coulommiers.Le pays fertois va être regoupé avec le pays de l’ourcq…. Inutile de dire que tout le monde n’est pas d’accord. Mais il faut s’y résoudre, la décentralisation est un leurre, en France, c’est toujours l’état qui décide de bien des choses.
    Le Pays créçois, qui dépasse le seuil minimal de population fixé à 15000 hab n’est pas touché.
    Cependant les élus craignent de faire partie de la prochaine charrette et de devoir subir un regroupement non voulu avec je ne sais pas qui. D’où l’initiative du Pays Créçois de chercher à se rapprocher de Coulommiers. Sachant que les autres options sont moins acceptées par les élus :
    – Val d’europe-Marne-la-Vallée : on n’est pas du même monde (opposition urbain-rural flagrante) et on se ferait bouffer par eux en termes de poids de population.
    – Meaux : c’est un peu loin et déjà d’une taille importante.
    – la brie boisée (ferrières, villeneuve-le-comte, ..) : elle risque d’être absorbée par marne-la-vallée à court terme (urbanisation forte à Ferrières, villages-nature)
    Bien sur, tout le monde n’est pas d’accord, et d’autres variantes sont proposées au sein du pays créçois, même si elles sont minoritaires. Il est aussi à craindre que le pays créçois soit dépecé lors d’une prochaine réforme : Quincy vers Meaux (c’est d’ailleurs leur souhait), Montry vers Val d’Europe, par exemple.
    L’idéal serait de rester à 19 mais si on doit subir un changement demain, autant l’anticiper dans un sens voulu.
    Ces méga-intercommunalités font peur et ne sont plus du tout à l’échelle humaine. Quid de l’usager et du citoyen là-dedans ? Quid de la représentativité des petites communes qui peseront si peu dans le nombre ? Est-ce que cela a encore du sens ?
    Le pays créçois a un gros problème de développement économique. Il n’y a pas assez d’entreprises, mais est-il nécessaire qu’une interco puisse vivre en autarcie économique pour autant ? On se plaint, à juste titre, du déséquilibre emploi-population, mais cela soit-il forcément se résoudre au sein d’une interco, ou plus généralement d’un bassin d’emploi plus vaste.
    Un débat qui reste ouvert et qui divise les élus.

    • jna dit :

      C’est vrai que l’on ne comprend pas tout dans ces interco …c’est peut être intéressant de grossir mais tout dépend des compétences visées par ces super structures.
      De là, à dire que l’on n’est plus dans une taille humaine, c’est aller loin, même 30 000 habitant cela reste de l’ordre de la goute d’eau. Je suppose que si les élus regardent vers coulommiers c’est pour se raccrocher au Député Riester. Les Présidences d’interco ne sont pas comptabilisées dans les cumuls de mandats ….

      • jms dit :

        On peut dire que la dimension humaine n’y est déjà moins qu’à 4 communes.
        En termes de compétences, ce qui est bien c’est de se regrouper autour d’un élément commun, ce à quoi servait les syndicats intercommunaux. Par exemple, pour l’assainissement, les communes concernées par une station d’épuration ont un destin commun pour ce sujet précis. Et en général 4 ou 5 communes, celles concernées. Pour l’eau, c’est toutes celles qui dépendant du même forage et mutualisent le même réseau. etc.
        Or les intercos ont vocation à récupérer des compétences qui sont pas forcément à la même échelle, ce qui rend l’exercice difficile. De ce fait les syndicats existent encore car plus efficaces et près du problème et de l’usager. Certaines compétences s’avèrent ainsi ne plus être à la taille de l’interco. On l’a vu l’an dernier avec l’abandon de la compétence forum des associations, qui ne pouvait plus être exercée, tout au moins, sous la forme jusque-là adoptée, avec 19 communes.
        Le choix de Coulommiers a été proposé pour des questions de similitudes de typologies d’urbanisation au sein d’une même vallée. On reste un territoire rural autour d’un pole urbain de taille moyenne, une typologie que l’on retrouve beaucoup dans nos provinces. Même si les mouvements pendulaires quotidiens vers la capitale riment la vie de beaucoup d’entre nous. C’est l’avenir du territoire qui est en jeu, pas des considérations de personnes, dont le devenir est forcément moins pérenne que le territoire.

        • retraitactif dit :

          le rapprochement avec Coulommiers ne risque t-il pas d’accélérer et densifier une urbanisation dont les premiers effets de toute façon inéluctables commencent à pointer le nez à Mouroux et transformer nos paysages su beaux et paisibles???? 😐

          • jms dit :

            Dans ce cas imagine ce que donnerait le rapprochement avec Val d’Europe.
            La ZAC de Mouroux est très contestée. Elle est pointée du doigt comme ce qui a justifié l’éviction de la vallée du morin dans le PNR. Des recours sont lancés, en particulier par notre ami RENARD.

            • retraitactif dit :

              certes j’magine, quoique question densité urbaine on approche de ce côté là à la saturation….et ma foi petit à petit on s’en accommode..et/ou on subit
              avoir à terme la même chose entre Crécy et Coulommiers 🙁

          • jna dit :

            Là, je vois que vous ne connaissez pas les territoires de l’est de CRcéy … Mouroux peut être bien, mais ce sont tous les villages de l’est du département et aussi à la Ferté Gaucher que les lotissements fleurissent. Les nouveaux ruraux s’écartent encore plus pour trouver des prix moins élevés et pas de secrets une large partie d’entre eux travaillent à l’ouest ou sur la RP.
            Et entrée de tout celà, le peage de Coutevroult qui s’il sautait libèrerait des flux de voitures supplémentaires sur la RD934, et la montée des flux déborderait dans la cave de RetraitActif. :paf

            • jms dit :

              Bon nombre de villages de France ont leur projet de lotissement. Les habitants sont souvent les premiers à le déplorer. On demande toujours plus de logements, même si dans les faits, le besoin n’est pas si important qu’on veut nous le dire. Les logements il faut aussi se les payer, et malgré des taux d’intérêt bas, cela reste très cher. Et aller habiter toujours plus loin de son travail, comme tu le soulignes, trouve ses limites.
              A Val d’Europe, on ne parle pas de lotissement mais de programmes de milliers de logements, on n’est pas sur la même planète.
              Pour revenir au sujet, celui du regroupement d’intercos on a le choix entre :
              – rester seul, sachant que cela ne durera pas, et grossir en interne pour être plus nombreux en s’urbanisant plus, ce que ni les élus (sauf exception) ni les habitants ne souhaitent
              – se regrouper avec une ville nouvelle avec lequel on n’a rien de commun et qui nous étouffera
              – se regrouper entre territoires peu peuplés afin de peser face aux territoires voisins.
              Cette dernière option me parait plus sain comme attitude.

            • retraitactif dit :

              certes il faudrait que tu y passe avant la cata… 😉 😛

    • retraitactif dit :

      tu dis que « le pays crécois » est une interco….je pensais que c’était une « communauté de communes »…est-ce la même chose :#

      • jms dit :

        Intercommunalité, c’est le terme général pour les rassemblement de communes.
        On retrouve plusieurs cas de figure, parmi les plus connus :
        – les communautés de communes (comme le pays créçois)
        – les communautés d’agglomération (plus de 50000 hab, ex : le pays de Meaux)
        – les syndicats d’agglomération nouvelle (ex : val d’Europe)
        – les communautés urbaines
        – les métropoles
        – les syndicats de communes

        • Corinne dit :

          Faut-il être petit chez les grands ou grand chez les petits ? Sachant que plusieurs critères sont à prendre en compte : la géographie, la démographie, la politique, l’activité commerciale et économique.
          Si l’on veut un développement plus raisonnable, ne doit-on pas opter pour Coulommiers ?
          Par exemple, géographiquement Quincy-Voisins et Boutigny semblent plus orientés géographiquement vers Meaux, St Germain vers le Val d’Europe, Crécy, Tigeaux, Maisoncelles, La Haute-Maison vers Coulommiers, Voulangis oserais-je euh vers Val d’Europe ? La désir des gens n’est-il pas quant à lui orienté vers Coulommiers ? C’est pas évident tout ça.
          Le Val d’Eup. ne risque-t’il pas de nous avaler tout cru ? La population dans ce dernier cas risque de changer de visage, il ne sera plus très agréable d’y passer sa retraite et la tranche d’âge va baisser. L’urbanisation se développera donc rapidement.

  2. MANDEAD dit :

    hep les amis ! on s en est bien sorti jusqu alors ! donc a quoi ca sert ? a partager les riques !
    les notres? BAH NON ceux de serris et consorts qui s urbanisent a vitesse grand V.
    brionaute , reveille toi !

Laisser un commentaire