La comté du Pays Créçois

Le décret d’application vient de paraître, le projet est enfin passé, les élections communautaires au suffrage universel auront lieu le 1er avril prochain.

Désormais, fini les communes, le peuple élira directement le conseil communautaire. Adieu nos communes, Crécy, Voulangis, Couilly et les autres. On ne parlera plus de ces lieux que comme de quartiers ou lieu-dits. Exit les maires, les conseillers municipaux, tout cela sera désormais du passé.

Pour changer de vocabulaire, les communautés de communes seront désormais des comtés. Je ne sais si le seigneur des anneaux a inspiré nos législateurs, ou si on nous prend pour des gentils hobbits, mais le terme est plaisant. Désormais, nous serons dans la Comté du Pays Créçois. Au sommet nous aurons un bourgmestre et ses échevins comme chez nos amis belges qui ont adopté le regroupement des communes depuis maintenant 40 ans.

Au départ ce sont les administrés eux-mêmes, qui au travers d’associations de défense ont réclamé ce changement. Il y en avait marre de payer toujours plus d’impôts pour financer ce que les médias appelaient le mille-feuilles. Les associations ont eu du mal à faire passer l’idée, on imagine les réticences des politiques en place. Les médias, pour ne pas froisser le monde politique firent tout pour étouffer la rébellion. C’est finalement Bruxelles qui intervint. Il s’agissait de faire faire des économies d’échelle, et quel bon prétexte pour clore le bec à ces français toujours prêts à braver le pouvoir de l’Europe. Le choc fut si vif que le gouvernement, pour la première fois depuis que la république existe décida de manifester pour indiquer son mécontentement.

C’est là que les services de communication de l’Elysée cafouillèrent. En annonçant maladroitement cette manifestation, les médias crurent à une rébellion des associations de défense des administrés, et firent tout pour dénigrer le mouvement. Lorsque la manif eut lieu et qu’on découvrit que c’était le gouvernement qui manifestait, l’opinion était devenue hostile à cette manif.

Le défilé eut lieu rue de Rivoli, entre le n°51 et le n°63. Il y eut 40 manifestants selon les organisateurs, 4 selon la préfecture de police.

Devant la vindicte populaire, le gouvernement céda et présenta un projet de loi.

Les nouvelles comtés furent définies sur les territoires des anciennes communautés de communes et d’agglomération et autres syndicats d’agglomération nouvelle.

Le mode d’élection choisi fut le scrutin de listes à 2 tours. La parité homme-femme étant la règle.

C’est alors que les lobbies de tous bords s’en mêlèrent. Les jeunes demandèrent autant de – 25 ans que de + de 25 ans, les vieux qu’il y ait autant de + de 50 ans que – de 50 ans. Dans le 93, on revendiquait un minimum de 50% de musulmans sur les listes. La ligue LGBT exigeait 25% de chacun des sexes qu’elle représentait, au nom de l’égalité et de la non discrimination. Les chasseurs revendiquaient 50% des leurs sur les listes. Curieusement les pêcheurs ne demandèrent rien.

C’est alors que le gouvernement, dans sa grande sagesse, une fois n’est pas coutume, signa la fin de la récré et décréta que : tout français de plus de 18 ans sachant lire et écrire (un minimum requis pour comprendre un règlement de PLU) pouvait être sur les listes.

La réaction des associations réclamant le vote des étrangers ne se fit pas attendre. On cria à la xénophobie, à la ségrégation, à la discrimination.

Le gouvernement rectifia en précisant que tout être humain de plus de 18 ans sachant lire et écrire inscrit sur les listes électorales au 31 décembre 2013 pouvait se présenter. Par là-même, le débat était reporté sur le vote des étrangers, prévu pour l’an prochain, et donc la polémique évacuée un temps.
Mais ce ne fut pas sans la réaction des défenseurs des animaux qui crièrent à la discrimination, pourquoi seulement les humains ? On leur fit remarque gentiment l’exigence de savoir lire et écrire, ce qui était à même de disqualifier, pour un temps au moins, la plupart des animaux.

Le nombre de sièges était fonction de la taille de la comté, selon la loi nouvellement promue.

La comté du Pays créçois devait comporter 25 échevins.

Les candidatures ont commencé à affluer.

Mme Lemoine part favorite, avec sa liste composée exclusivement d’anciens maires, chacun cherchant à retrouver une part de sa splendeur passée.

M Machy a annoncé sa candidature. Plusieurs séances de casting sont déjà prévues.

L’ancien maire de Couilly, pourtant adversaire historique de l’intercommunalité, a annoncé une liste.

On parle aussi d’une liste de brionautes.

Du côté des pêcheurs, on se prépare aussi.

Verdict le 1er avril, mais nous en reparlerons probablement avant.

(article vu 13 fois)

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Vous aimerez aussi...

15 réponses

  1. retraitactif dit :

    kek c keça????…. :#
    on n’est pas encore le 1er Avril 😛 😉
    Moi je préfère le Comté (un sacré fromage) à la Comté. :-d)

  2. jms dit :

    C’est une fiction, vous l’avez deviné.

    La suppression des communes, pas facile à faire, souhaitable ou pas ? Mais surement un moyen de faire des économies en termes de redondance de compétences et d’administration.

    Je me suis amusé avec la parité. Son introduction dans les petites communes va faire qu’il n’y aura le plus souvent qu’une seule liste. Ce n’est pas cela qui va relancer la démocratie.

    Quant à l’élection des élus à la CC au suffrage universel, elle pourrait être mise en place déjà, sans toucher aux communes. Le nouveau système qui va être mis en place en mars, une sous-liste sur la liste pour la commune, ne fait pas évoluer beaucoup. Les élus à la CC doivent être élus dans leur commune. Avoir des élus différents pourrait renouveler le personnel politique. Les élus sont bien sur contre cette idée, ils préfèrent rester entre eux …

    • Korie dit :

      Tu m’as fait peur avec ton article ! J’en suis restée muette. C’est dire ! 😉

      • retraitactif dit :

        J’en suis restée muette
        Est-ce possible? :-c) 😉

        • Korie dit :

          😉 Je vous ai tendu la perche !

          • Korie dit :

            En 2013, beaucoup de choses se sont déroulées â Crécy en 2013 ! Sur le site Internet de la commune, dans la partie « manifestations » vous cliquez dans « à venir » et là, vous passez un très bon moment :-d)
            Cei en est le « copier-coller » :

            Manifestations 2013

            08/01/2018Voeux du Sénateur Maire à 19h, salle Altmann :-d)
            18/02/2018Conseil Municipal à 19h, salle Altmann :-d)
            13/03/2018Collecte des extra-ménagers :-d)
            15 & 16 juin100 ans de Jean Panhard
            22/06/2018Kermesse de l’école maternelle et de l’école l’Eau Vive
            24/06/2018Conseil municipal à 19h, salle Altmann :-d)
            14/07/2018Retraite aux flambeaux et feu d’artifice (CLAP), Pré Manche
            07/09/2018Jazz en ville (CLAP)
            14 & 15 sept.Journées du Patrimoine
            20/09/2018Concert « Chœur Résonance » (Festival du Pays Briard), collégiale
            28 & 29 sept.Foire de la St-Michel (CLAP)
            19 & 20 octobreJournées des Métiers d’Art, collégiale
            30 nov. & 1er déc. Marché de l’avent

            Eh oui, vous ne rêvez pas, les voeux du maire, les ordures ménagères, les Conseils municipaux font partie des manifestations à ne pas manquer. On ne s’ennuie pas à Crécy !

            Le changement est en marche… Heureusement !

            Pour voter en mars prochain lors des élections Municipales, il faut être inscrit. Sinon, il faut se rendre à la mairie, vous avez jusqu’au 31 décembre 2013. Sachant que la mairie risque de fermer pour les fêtes, prévoyez de le faire avant ! Ne renoncez pas, le changement est possible.

            • retraitactif dit :

              Quelle activité… 😀
              Signé Sam éreinte 😉

            • jms dit :

              Ce n’était pas vraiment le sujet de l’article …

              Cette liste diffusée en de nombreux lieux a le mérite de résumer l’essentiel des activités de l’année. Si elle n’existait pas, peut-être que tu en ferais la remarque.

              Pour ce qui est des conseils municipaux évoqués dans le programme, c’est bien de critiquer, mais qui vient y assister pour connaitre les projets, les décisions, … et critiquer en connaissance de cause ? A Crécy comme ailleurs …

              Pour revenir au sujet initial,qui sait si on ne viendra pas rapidement à la suppression des communes, balayant les discussions municipales des petites communes. Il faudra alors avoir une vision qui aille au-delà de préoccupations si locales. Et même si on n’en est pas encore là, il faut déjà raisonner bassin de vie, projets communautaires. Je pense par exemple à la zone d’activité des Abbesses sise à Crécy, gérée non point pas la commune de Crécy mais par le Pays Créçois. Il en sera de même pour les ZA à venir, ainsi que pour tout ce qui relève des compétences de la CCPC.

              • Korie dit :

                Je prévois d’y assister aux Conseils Municipaux. Je l’avais fait une fois il y a longtemps. C’est très instructif…

                • Florence dit :

                  Evidemment les citoyens non élus n’ont pas le droit dintervenir. Cependant l’épouse d’un conseiller municipal m’a dit que de temps en temps ils rouspétaient quand même, toujours pour la même chose naturellement, le nerf de la guerre, l’argent, en l’occurrence les impôts 😀

                  • Korie dit :

                    Écouter suffit 😉
                    Pour pouvoir parler il faut que le conseil municipal en donne la permission en fin de conseil.
                    Mais comme je l’ai dit, écouter suffit.

                    • jms dit :

                      oui, à la fin seulement, quand la séance est close, on peut s’exprimer. Certains ne viennent que pour cela.

                    • Florence dit :

                      J’ai visité la Salle des Délibérations du Conseil Municipal à l’occasion des Journées du Patrimoine. Notre guide nous a simplement dit que le public ne pouvait pas s’exprimer. L’épouse du conseiller dont je parlais ne m’a pas non plus parlé d’une possibilité pour lui de s’exprimer. Mais je n’en sais pas plus …

                    • jms dit :

                      Pendant le conseil on ne peut pas prendre la parole, ni même la demander, mais à la fin on peut.
                      Indépendamment de cet aspect, c’est toujours instructif de suivre un conseil municipal, à Voulangis en tous cas.

                    • Florence dit :

                      Merci pour l’info.

                      « c’est toujours instructif de suivre un conseil municipal, à Voulangis en tous cas. »

                      Sûrement aussi partout ailleurs.

Laisser un commentaire