La vallée des peintres… méconnus.

Le patrimoine pictural de la Vallée du Grand Morin recèle décidément bien des trésors. A l’occasion des Automnales de Crécy, qui semblent être un avant-goût du futur centre d’Art, je vous présente un nouveau joyau à ajouter à la collection, déjà riche, des Brionautes.
Cette huile sur toile, signée R. Parmentier, a été peinte en 1957, et acquise par une famille parisienne, dont les promenades dominicales avaient l’habitude de les mener à Crécy.
Il s’agit d’une peinture sur le motif (ou peinture en plein air, à l’extérieur, dans la nature) que cette famille a acquise au cours de l’année 1957. A la faveur d’une enchère heureuse, elle a maintenant rejoint sa vallée natale. On peut dire qu’elle a beaucoup voyagé puisque sa précédente propriétaire vit dans l’Hérault, et se réjouit d’ailleurs que des Créçois aient eu envie de rapatrier cette vue du Grand Morin près de son lit.

Cette peinture représente le moulin de Saint-Martin, sous un angle que nous avons peu l’habitude de voir puisque peinte sur les berges côté Crécy, certainement un ancien panorama qu’on pouvait admirer du pont Dam’Gilles.Peut-être que la mémoire des anciens se souviendra de cet artiste, qui avait l’habitude de venir peindre sur les berges du Grand Morin, aux beaux jours ?

Ces oeuvres, qu’elles soient aquarelles, huiles, eaux-fortes, gravures, dessins, carnets de voyage, ont été dispersées au gré des collections, des évènements familiaux et de leurs différents propriétaires. Cela reste pour moi un signe de l’attrait de la vallée auprès des artistes, et la reconnaissance d’une source d’inspiration qui a traversé les époques.

Comme pour l’aquarelle représentant la Collégiale, certains détails ont échappé, volontairement ou non, à l’oeil de l’artiste. Saurez-vous retrouver lesquels ?

(article vu 26 fois)

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Vous aimerez aussi...

19 réponses

  1. AS77 dit :

    dans le carré des italiens je ne voie que deux arbres

    • IndianaJones dit :

      Normal, c’est le moulin de Saint Martin. 😀
      Mais les deux peupliers sont toujours présents derrière le moulin. D’ailleurs, on distingue leurs cîmes sur la photo de la toile, prise sur le pont Dam’ Gilles, son lieu de création.

  2. jna dit :

    j’ai un peu de mal à reconnaître le lieu … 🙂

    • IndianaJones dit :

      Pour avoir la même perspective aujourd’hui, il faut prendre une barque ou utilier une bonne tronçonneuse. 😀
      La peinture sur le motif, qui a fait la renommer artistique de la vallée par ses panoramas remarquables, semble bien compromise de nos jours.

      • AS77 dit :

        bien d’accord avec toi ,beaucoup trop d’arbres qui obstrues une un accès et une vision de notre jolie rivière ,et un bouleversement du paysage via l’urbanisation qui à fait d’un paysage idyllique,une espèce de tache encombrée de tout et n’importe quoi 🙁

        • jna dit :

          je ne suis pas d’accord avec ta remarque concernant un paysage idyllique. Sur les phtos anciennes la vallée du Morin aux abords de Crécy est très tristounette, pas un arbre au bord de l’eau, le Moulin de la Chapelle est un batiment qui se dresse au milieu de rien, pas ou peu d’arbres. De ce point de vue, le paysage est plutôt plus agréable à regarder aujourd’hui.

          • IndianaJones dit :

            José, il me semble avoir vu dans ta collection de cartes postales un agrandissement du moulin, qui nous montre le chemin de halage et la même barque… :#

          • AS77 dit :

            et pourtant serge terzakian était d’accord avec et même niep,jna tu ne sort pas assez ou bien tu à des œillères 😉

            • jna dit :

              Non, je trouve que les berges boisées actuelles sont plutot jolies et sans doutes plus joilesque celles qui apparaissent sur les cartes postales du debut du XX ème siècle
              Mainteant, il y a peut-être une période « du milieu » où m’ensemble était idylique ???

              • jms dit :

                Il y a plus d’arbres qu’autrefois, c’est incontestable.
                Est-ce à dire que les gens sont plus écolos et plus proches de la nature qu’autrefois ? une sacré remise en cause d’idées reçues !
                Il faut dire aussi que chaque fois que quelqu’un s’installe à la campagne, il s’entoure de grandes haies, de petits arbres qui très vite deviendront trop grands. Plus de potager, que des arbres d’ornements, bien souvent pas adaptés à la région, comme les conifères. Sans compter les terres qui retournent à l’état sauvage et se couvrent d’arbres faute d’être cultivées. Tout n’est pas si rose (ou vert) que ça …

                Et puis tes vieilles cartes postales elles étaient en noir et blanc, c’était tristounet …

  3. jms dit :

    Balade amusante dans les rues de Crécy avec un arrière-gout d’espièglerie. Le tableau se promène dans les lieux dévolus à la peinture, prenant même la place du chevalet de la vallée des peintres.
    C’est de la culture vivante, une forme de spectacle de rue avec une vraie mise en scène.
    Chapeau l’artiste (ou les artistes car je soupçonne la complicité de Mrs Jones dans l’affaire)

Laisser un commentaire