Le cas Gréard

Imaginez-vous arrivant en gare de Crécy la Chapelle un beau jour de 1905, avec une malle en osier un peu volumineuse comme bagage. Bien sûr, vous êtes tout en joie à l’idée de passer quelques jours au bord du Morin, tranquillement installé à l’Hotel des Familles rue du Barrois.
Alors que vous échafauder des plans d’escapade pour occuper ces quelques jours de villégiature, une question vous préoccupe soudain,  car aucune voiture n’est venue vous attendre à la gare. Comment gagner l’hôtel distant de près d’un kilomètre, avec un tel bagage ?
Avec appréhension, vous interpellez le chef de gare ou peut-être son adjoint moins étoilé, ou encore le premier employé des chemins de fer à se promener avec un drapeau rouge à la main. Pas de soucis, vous explique ce dernier, c’est simple comme bonjour. Et d’abord, bonjour Mossieur. L’inquiétude ne justifie pas le manque de politesse. A Crécy, on dit d’abord bonjour, c’est comme ça, c’est briard. Mossieur, il vous suffit de haler un des commissionnaires de transport qui oeuvrent dans la gare, tous les jours du lundi au samedi, depuis le  premier train du matin jusqu’au dernier train du soir. L’employé au visage rubicond, précise que s’ils ne sont pas présents en gare, il est facile de les trouver au "Boeuf Gras", rue nationale, c’est là en général qu’ils récupèrent après une course trop éreintante.
Un commissionnaire de transport ? mais de qui, de quoi s’agit-il ? En l’occurence, le commissionnaire avait en charge d’assurer le transport de bagages et de marchandise arrivant en gare de Crécy. le commissionnaire était-il agent des chemins de fer ou entrepreneur indépendant. Je penche pour la seconde hypothèse, en imaginant que le commissionnaire de transport bénéficiat d’une sorte de licence, accordée par la compagnie de chemin de fer. 

Qui de mieux que ces commissionnaires habitués à arpenter les rues de la ville pour nous accompagner dans cette courte balade créçoise.

Dans un précédent article à propos du Pont Damle Gilles était présentée une carte postale amusante où l’on voit trois petits vairons traversant le pont portant à l’épaule des cannes à peche de fortune (Photo 1).

 
Photo 1
Crécy-la-Chapelle  : Pont Dame Gille
éditeur Pinoy
à noter l’utilisation du vocable Crécy-la-Chapelle avec deux traits d’union.
Mais c’est le personnage occupant le second plan qui nous intéresse aujourd’hui. L’homme est appuyé sur le parapet du pont et a abandonné sa voiture à bras. Détail important, l’homme à la casquette est accompagné d’un beau chien  qui pourrait être un épagneul français.

Comme le montre l’agrandissement (Photo 2), un écriteau est fixé sur la ridelle de la voiture, mais le texte n’est pas lisible, même agrandi.
 

 

photo 2
Je n’avais pas beaucoup prêté attention à ce premier individu.  

C’est en faisant l’acquisition d’une nouvelle carte que j’ai retrouvé le personnage du pont avec son curieux équipage, posant de nouveau pour le photographe au milieu d’un groupe de personnes à l’entrée de la rue de Bouleurs.

C’est d’ailleurs le chien que j’ai d’abord reconnu, avant même de repérer la voiture à bras (Photo 3). Cette fois ci, le texte de l’écriteau est facilement déchiffrable : ‘"Chemins de fer de l’Est" – A Greard – Commissionnaire" (photo 4 – à droite)

 

 

photo 4
 
Photo 3 – Crécy en Brie Avenue de la Gare
Editeur Lourdelet
Voici donc le personnage à la casquette identifié, si tant est que l’homme est bien le propriétaire de la brouette. Il s’appelle A. Gréard. Le rôle du chien pourrait bien être d’aider à tirer l’engin à bras quand il est chargé. C’est ce que suggère RC Plancke dans la légende commentant la même photo "Crécy en Brie et ses environs" Amatteis 
Dernièrement, j’ai bien cru retrouver pour la troisième fois le dit commissionnaire sur une cpa prise rue "Rue nationale" devant l’auberge du "Boeuf Gras". De nos jousr, la rue a été renommée, sans grande originalité, "rue du Général Leclerc" et le "Boeuf Gras" s’appelle, la "Réconciliation" ("au restau" aujourd’hui). (Photo 5)
Première impression confirmée par la présence du toutou, le supposé épagneul accompagné d’un collègue de la gente canine. Mais à y regarder de plus près (photo 6), le personnage de la photo ne ressemble pas celui que nous avons observé précédemment. Non, ce n’est pas le même et un agrandissement de l’écriteau confirme que la voiture à bras appartient à Alfred SOLET. Arséne semble bien,   lui aussi exercer la charge de commissionnaire. S’agit-il d’un concurrent ? d’un associé ? peut-être partageaient-ils la même brouette ?  peut être n’ont-ils pas travaillé en même temps, le second ayant pris la succession du premier par exemple, ou le contraire. 
Et le chien dans tout cela ? travaillait-il pour deux commissionnaires, en parrallèle servant celui qui avait besoin d’un coup de patte  ou bien, a-t-il été cédé avec la voiture à bras à l’occasion d’un transfert d’activité ?
Autant de questions, absolument essentielles, qui n’auront jamais de réponse. 

 

 
Photo 6
 
Photo 5
Crécy-en-Brie – Rue Nationale
Editeur Veuve Gruot
Et pour finir, je vous présente une autre carte postale (Photo 7). Celle-ci est animée par la présence de nombreux personnages qui prennent la pose à la sortie de Crecy, à l’entrée de l’Avenue de Villers sur Morin (l’actuelle rue menant à la zone artisanale et intermarché). 
Sur la droite de la photo, on aperçoit la roulotte d’un artisan ambulant. Il s’agit vraisemblablement d’un étameur ou "rétameur", artisan qui répare les ustensiles de cuisine en cuivre, fer blanc, étain. Près du poteau indicateur, on aperçcoit différents ustensiles et un objet indéterminé dressé contre le mur d’enceinte de la propriété. 
 
Photo 7
Crecy-en-Brie 6 Avenue de Villiers
Editeur Lourdelet
Revenons maintenant à la photo 3 et observons sa partie gauche. Et oui, l’objet indéterminé de la photo 7 est bien là, placé au même endroit, à côté d’un personnage assis, l’étameur probablement.

Les créçois savent que ces deux photos ont été prises à peu près du même endroits, mais sous deux angles différents. L’observation complémentair que nous venons de faire permet de conclure les photo 7 et 3 ont été prises le même jour et sans doute à quelques minutes d’intervalle seulement.

J’ai donc tenté de rapprocher les deux clichés pour obtenir un vue panoramique qui couvre environ un arc d’environ 180°.

Et voila, c’est tout pour aujourd’hui.

Jna
Crédit cartes Postale : Collection Jna

Photo : 8

Gréard devant la Gare 

Photo : 9

L’est toujours là, dans le cercle rouge, avec le toutou à droite du véhicule

(article vu 27 fois)

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Vous aimerez aussi...

15 réponses

  1. AS77 dit :

    superbe merci JNA pour tes trésors ,bravo pour les petits Vairons ,il faut que l’on se voie pour tes connaissances en cartes postales fait moi signe
    as77

  2. retraitactif dit :

    curieux,sur la carte ou il y a les mini pêcheurs,il est écrit « Crécy-la-Chapelle » alors que cette appellation n’apparaitra que des décennies plus tard???? :#

    • jna dit :

      oui, j’en faisais justement la remarque dans la legende de la carte.

      On trouve des cpa de la gare avec l’appellation :
      Crecy-la Chapelle avec un seul trait d’union indiquant par là que la gare est celle de Crécy et de La Chapelle sur Crecy.

      Mais un Crecy-la-Chapelle, avec 2 traits d’union, a propos du pont Dame Gille est une prémonition !

  3. IndianaJones dit :

    Bravo Jna, tu as l’oeil et nous on ne s’en lasse pas :-d)
    Comme quoi certains détails peuvent avoir de l’importance…
    D’ailleurs, au sujet du chien, il me semble qu’il a plutôt une bonne gueule d’épagneul français, réputé pour ses talents de chasseur. Crécy et ses environs étant giboyeux à l’époque, ça ne m’étonnerait pas !

    • jna dit :

      Merci de la précision. pour tout dire j’avais prévu de t’envoyer la carte pour avoir ton avis sur la race du chien, … mais j’ai oublié de procéder à cette vérification. J’apporterai un commentaire dans le texte à ce propos !

  4. retraitactif dit :

    il serait intéressant de mettre en parallèle pour chaque vue une CP ou photo actuelle des lieux si reconnaissable. 😀

  5. Florence dit :

    Bravo José pour cet article très intéressant :-e)
    Je trouve très jolies ces cartes postales délicatement et discrètement coloriées.

  6. retraitactif dit :

    il me semble que les rues étaient en meilleur état qu’aujourd’hui 😀 😐

Laisser un commentaire