Le PNR au point mort

Nous évoquons régulièrement l’avancement du projet de Parc Naturel de la Brie et des 2 morins qui devrait concerner notre territoire. Ce projet est actuellement en phase de mise en place du syndicat mixte d’élaboration de la charte. Avant l’été les communes auraient du voter leur participation ou pas à ce syndicat mixte.
Il n’en a rien été.
Selon les informations dont nous disposons le processus est bloqué, l’association des élus et le conseil régional étant en désaccord sur les statuts de ce syndicat précisément. Des réunions de concertation sont prévues pour septembre. Une conséquence également de ce blocage est la non diffusion au grand public des documents de communication sur la phase suivante du projet.

En tant que citoyen observateur ou association impliquée plus ou moins par le projet, on ne peut que déplorer cette situation. Un projet qui dure des années a du mal à être compris par les populations. Les raisons de ces retards sont peut-être à chercher dans la complexité de nos procédures mais aussi dans des querelles de politique politicienne qui s’invitent régulièrement aux débats, malgré les consensus de façade.

La complexité de nos procédures est une cause des retards mais n’est pas forcément à jeter d’un bloc dans la mesure où ces procédures permettent de mettre en place des garde-fous et d’exercer la démocratie. Dans certains pays émergents, une ville de un million d’habitants peut être construite en 2 ou 3 ans. Pas d’enquête publique, pas de contestation possible, car pas de démocratie. Il ne faut pas tomber non plus dans ces excès et jeter le bébé avec l’eau du bain. Les procédures doivent être suivies, mais n’est-il pas possible parfois de les simplifier un peu ?

Une autre remarque concerne les durées effectives des phases, durées que l’on peut juger excessives. Les instances de décision réunissent toujours beaucoup de monde, ce qui rend souvent difficile la tenue des dates de ces instances et donc les délais. Il faudrait évoquer aussi les mandats multiples des participants à ces instances, participants pour la plupart bénévoles.

Le vote sur la participation des communes à l’élaboration de la charte aurait pu être une formalité préparée depuis longtemps. Il y a une dizaine d’années que le projet est en gestation, et officiellement lancé depuis 2007. Tout élu local devrait être parfaitement au fait du sujet et s’être déjà positionné.

Dans ce contexte, s’intéresser à la vie locale, à ces projets qui nous concerneront tous, devient assez décourageant. Les politiques nous déçoivent, c’est indéniable. Ils sont loin des attentes des gens, c’est un lieu commun, on le dit souvent avec fatalisme, favorisant le jeu des extrêmes. On aurait envie de leur envoyer un message fort, taper le poing sur la table pour exiger d’eux des résultats. Leur dire qu’ils doivent se préoccuper d’abord des habitants et être à leur écoute plutôt qu’à celle de responsables influents de partis politiques, comme il est souvent constaté …

(article vu 4 fois)

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. AS77 dit :

    voila un projet qui pour le tourisme ,l’activité de nos villages,création de nouvelle technologies avec de futurs emplois à la clé, plus protection et respect de notre environnement et la pas le soutient de nos communes et élus 😐 :#

  2. jna dit :

    Dommage en effet.
    Mais l’auteur parle « d’attente des gens » qui serait déçue par les politiques. En l’occurence je n’ai pas le sentiment qu’il y ait une quelconque attente de la population qui dans sa grande majorité n’a d’ailleurs jamais entendu parler du projet. Ceci explique peut-être cela ?

    • amorel dit :

      En quoi le PNR va changer notre vie ?

      • jms dit :

        Répondre à ta question si pertinente, ainsi qu’à celle de jna qui la rejoint est complexe.
        Je renverrais d’abord nos les lecteurs à nos différents articles sur le sujet, en particulier celui-ci : /?p=3137
        Et il est vrai que c’est d’abord aux politiques, aidées en cela par les associations, d’informer et de communiquer au public.
        Il est de leur ressort de répondre aux préoccupations des habitants en utilisant les outils et projets qui peuvent y concourir. Et quelles sont les préoccupations principales des populations ? Elles sont multiples, c’est évident, mais on peut les résumer en 2 thèmes : la qualité de vie et l’économie.
        – La qualité de vie qui est pour beaucoup la raison principale de l’installation des gens dans notre territoire. L’enjeu est alors celui de la préservation d’un certain cadre de vie, la préservation de l’environnement et des ressources, les transports améliorés, les loisirs, des services de proximité …
        – l’économie fait référence à l’emploi, si possible sur place, pour nous, nos enfants, et si possible avec un bon niveau de vie.
        Dans ce contexte, le PNR peut être un moyen parmi tant d’autres de tendre vers ces 2 objectifs.
        Changera-t-il notre vie ? Je ne le sais ! Mais demandons-nous plutôt qu’est-ce qui changera si nous n’avons pas de PNR : toujours plus d’urbanisation, un environnement dégradé, l’emploi toujours plus loin, …
        Le PNR, tout en nous préservant, peut être un outil de développement nouveau. Une carte supplémentaire à jouer, c’est cela qu’il faut voir.

    • papounet dit :

      c’est comme pour le reste…tout le monde s’en fout :b

      • AS77 dit :

        bien d’accord avec toi poupanet qu’elle ,mentalité déplorable ,quelle honte ,à mon bon dicton laver la tête d’un singe avec du savon cela ne sert à rien si les neurones ne sont pas la ,ils ne sont pas la 😐 :paf :paf

Laisser un commentaire