Le retour des suppléants.

Il ne vous a pas échappé que lors des dernières élections municipales, vous avez voté aussi pour les délégués communautaires. Sur le même bulletin, à droite, figurait une mini-liste des représentants au Pays Créçois. De ce fait les délégués ont été élus au suffrage universel, effet de la nouvelle loi électorale.

Un vote auquel s’applique la règle de la proportionnelle pour les communes de plus de 1000 habitants.
Ainsi à Crécy il y a eu 4 délégués dont 1 de l’opposition.
A Voulangis, qui ne dispose que de 2 postes, les 2 étaient issus de la liste majoritaire.

Dans le même temps, le Pays Créçois s’est agrandi et les règles sur les nombres de représentants ont été modifiées.
Ainsi la notion de suppléant n’a pas été reprise dans le nouveau mode électoral. Le concept de remplaçant a été introduit. Celui-ci est là pour remplacer un délégué démissionnaire (ou décédé) de manière définitive.
C’est ainsi qu’à Crécy, M Houel démissionnaire a été remplacé par M Carouge, remplaçant de même sexe, parité oblige.

En Pays créçois, territoire au caractère rural auquel tient la CCPC, les "petites communes" ont conservé une représentation minimale mais bien réelle avec 2 représentants jusqu’à 2000 habitants.
De 2000 à 4000 hab (Couilly, Montry, Saint-Germain), il y a 3 représentants, de 4000 à 5000 (Crécy) il y en a 4 et au-delà de 5000, 5 (Quincy et Esbly)

Sachant que dans l’ancienne configuration, il y avait autant de titulaires que de suppléants pour siéger aux commissions, afin de diminuer la charge de travail des délégués, notamment des petites communes, il a été décidé de recréer des suppléants, comme les status le prévoient.

Dans chacune des 9 commissions, chaque commune dispose d’un délégué titulaire et donc d’une voix, mais aussi, si elle le souhaite, d’un suppléant qui peut participer aussi aux commissions sans voix.

C’est aussi un moyen de faire participer au maximum les conseillers municipaux selon leur spécialité. Pour les communes qui ont 5 délégués, se répartir en 9 commissions est possible sans forcément faire appel à des suppléants supplémentaires.

Par contre pour des petites communes, les suppléants peuvent soulager les 2 titulaires en les remplaçant ou en les secondant.
A Voulangis, l’option choisie a été de désigner 9 suppléants différents, un par commission.

Les communes ont jusqu’au prochain communautaire du 14 mai pour désigner leurs suppléants.

(article vu 10 fois)

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire