L’Europe des familles

A l’occasion du sommet européen, notre président (NDLR : de la Coface) Yves Rolland-Gosselin a souhaité communiquer son inquiétude sur la crise actuelle … qui est avant tout une crise de confiance !
Confédération des Organisations Familiales de l’Union européenne
Confederation of Family Organisations in the European Union

Lettre ouverte aux Chefs d’Etat ou de Gouvernement à l’occasion du Sommet de printemps (19-20 mars 2009)

Bruxelles, le 17 mars 2009
Madame la Présidente,
Monsieur le Président,
Madame/Monsieur le Premier Ministre,

Rétablir la confiance pour sortir de la crise.
Les organisations familiales regroupées au sein de la COFACE (Confédération des Organisations familiales de l’UE) constatent que les familles sont touchées de plein fouet par la crise : montée du chômage, recul du pouvoir d’achat, accroissement de l’endettement, de la pauvreté et de l’exclusion sociale.
De plus, un sentiment grandissant d’incertitude et d’inquiétude face à l’avenir s’installe dans de larges franges de la population, avec tout ce que cela peut entraîner comme influence négative sur la vie familiale et l’avenir démographique de l’Europe. Ce sentiment d’insécurité crée aussi des mouvements de repli sur soi, des déclarations et des prises de position, voire des actes, de fermeture, d’intolérance et de violence. Il est urgent d’agir.

Les organisations familiales soutiennent l’Union européenne et les Etats membres dans leurs efforts redoublés, notamment
– pour maintenir et stimuler l’emploi,
– pour aider les personnes à traverser la crise,
– pour rétablir la confiance des citoyens.

Dans cette perspective, elles souhaitent que vous preniez en compte les mesures de soutien aux familles, qui contribuent à sortir de la crise, telles que :
– développer les services aux personnes[1] et les services sociaux
– préserver les services publics
– assurer la pérennité financière des systèmes de protection sociale
– maintenir l’accès pour tous aux soins de santé essentiels
– soutenir les bas revenus, par des systèmes de revenu minimum
– mettre en adéquation les allocations familiales avec le coût réel de l’enfant
– poursuivre les mesures de conciliation vie familiale-vie professionnelle, en favorisant l’égalité entre les femmes et les hommes
– réduire le coût de la vie par des aides en matière de logement, d’énergie, d’éducation, de fiscalité, …
– prévenir le surendettement et l’exclusion financière
– cibler particulièrement les familles les plus vulnérables : familles monoparentales, familles nombreuses, familles avec personnes handicapées et/ou dépendantes, familles de migrants, …
– veiller à la bonne couverture territoriale des mesures prises en matière d’emploi, de nouvelles technologies, de transport,…

Ces mesures doivent être considérées comme des investissements, car toutes les aides sont, d’une manière ou d’une autre, réinjectées dans l’économie.
En outre, les organisations familiales rappellent avec insistance le soutien unanime du Conseil européen de juin 2007 à la création de l’Alliance européenne pour les familles, dont il faut assurer la continuité et le développement, et notamment de l’observatoire des politiques familiales ou de son équivalent.

D’autre part, il est urgent de reconsidérer notre modèle de croissance et la nature de nos options sociétales et environnementales. Une croissance équitable, respectueuse de l’environnement, redistributive des richesses et assurant la participation de tous est la seule voie d’avenir pour les populations des Etats membres de l’Union européenne, ainsi que pour l’ensemble de la communauté mondiale.

Le rôle de la famille dans la construction identitaire et l’éducation des individus, mais aussi dans la construction du lien social, est plus que jamais fondamental. Les familles sont victimes de la crise, mais elles figurent également parmi les acteurs les plus importants des changements à mener. Elles doivent être soutenues et s’engagent à agir en leur qualité de composante importante de la société civile.

Les organisations familiales vous encouragent à saisir l’opportunité de cette crise pour revoir ensemble les priorités permettant de faire face aux évolutions de nos sociétés et restent à votre disposition pour analyser plus en détail les mesures spécifiques à mettre en œuvre tant au niveau national qu’européen.

Elles vous prient d’agréer, Madame la Présidente, Monsieur le Président, Madame et Monsieur le Premier Ministre, l’expression de leur plus haute considération.

Yves ROLAND-GOSSELIN 

[1] A cet égard, la COFACE se félicite de la récente décision du Conseil des Ministres en matière de réduction des taux de TVA sur les services de soins à domicile pour les enfants, les personnes âgées, malades ou handicapées.
 

(article vu 3 fois)

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Vous aimerez aussi...

13 réponses

  1. retraitactif dit :

    Il est sûr que l’inquiétude de ce Monsieur va faire tout s’améliorer; ça ressemble à une réfexion de sénateur lors des questions orales.
    En plus la coface SE FELICITE; il n’y a rien de plus démagogique que ce genre d’expression.
    On est vachement content que la coface s’apercoive de la situation( il n’est jamais trop tard),et propose des solutions « innovantes »que tout le monde râbache mais que personne n’applique.
    On félicite quelqu’un quand on est content de lui;la coface doit être contente d’elle même, c’est toujours ça… :=!

    • AS77 dit :

      ce que l’on peut se rendre compte ,c’est que donnez toujours aux mêmes et pas assez a ceux qui en on besoin on vois ou cela mène :b

    • lomig dit :

      Si elle se félicite,c’est que c’est l’aboutissement d’un long lobbying, certains agissent, d’autres ……..

      • retraitactif dit :

        Tu veux dire « certains s’agitent » ;c’est quoi l’aboutissement d’un long lobbying? ou est l’aboutissement? et d’ailleurs l’aboutissement de quoi?. :#

      • jms dit :

        Le lobbying, on a l’impression que c’est une activité très répandue à Bruxelles. Des armées de « lobbyistes » viennent approcher les élus pour prêcher leur cause. C’est au plus persuasif, au plus combatif et au plus harceleur.
        En France on n’aime pas trop, on assimile un peu cela à du trafic d’influence, à de la recherche de piston pour la cause qu’on défend, disons-le à quelque chose de pas très moral. Cela fait un peu penser aux courtisans de l’ancien régime.
        Alors le lobbying, mal nécessaire ou attitude déloyale ?

    • jna dit :

      Quoi coface, ça plait jamais !
      Mais pour le coup, il faut bien reconnaître que cette organisation a fait fort, dans l’exercice de la langue de bois.
      Moi je dis que nous serons sortis de la crise quand tout ira mieux. Cela passe nécessairement par le retour de la confiance, en particulier de celle des famillles dont le rôle sociétal est essentiel pour envisager une sortie de crise en 2009. Si nous étions tous riches, la pauvreté serait éradiquée.

      • retraitactif dit :

        Et puis la COFACE n’est-ce pasi une compagnie d’assurance qui couvre les risques commerciaux avec les pays étrangers????? :#

        • jms dit :

          C’est une homonymie qui rend difficile les recherches sur internet, on se trompe toujours de Coface.
          Ils auraient pu prendre un autre nom.

        • lomig dit :

          La COFACE est une organisation pluraliste, au sein de la société civile, qui a pour mission de promouvoir la politique familiale, la solidarité entre les générations et les intérêts des enfants au sein de l’Union européenne. Elle définit la politique familiale européenne comme étant la dimension familiale des politiques, programmes, initiatives développés au niveau de l’Union européenne.

          La COFACE promeut une politique de non-discrimination et d’égalité des chances entre les personnes, ainsi qu’entre les formes familiales, et soutient spécifiquement les politiques visant à l’égalité entre femmes et hommes.

          La COFACE rassemble des organisations familiales nationales à caractère général ou organisées autour d’un intérêt familial spécifique. Elle compte à ce jour 54 organisations réparties dans 20 Etats membres et représente ainsi plusieurs millions de parents et d’enfants.

          Trait d’union entre les organisations familiales et l’Union européenne, la COFACE entend promouvoir la dimension familiale des politiques européennes.

  2. amorel dit :

    En résumé ce sont les familles qui créent les futurs citoyens et les entreprises les emplois. ça semble être une évidence. Comment promouvoir , développer et protéger des deux structures ?

Laisser un commentaire