Marilyn, un autre regard – 2

Simplicité, humour et présence.

Marilyn a toujours voulu se donner à son public et n’a jamais permis quiconque de le décevoir.
C’est ainsi qu’elle recommençait des dizaines de fois des prises de vue, ce qui lui a attiré les  foudres de Tony Curtis dans « Certains l’aiment chaud ».

Elle a appris à jouer, à mettre en valeur sa démarche si horizontale et si frémissante que l’on peut admirer dans « Niagara ». Elle a appris à sourire et à montrer ses dents éclatantes.

Quel travail pour cette femme qui ne vivait que pour être reconnue et donner à tous le plaisir de l’admirer.
Quelle furent donc les rages de ses maris successifs quand ils comprirent qu’elle ne leur appartenait pas !
Et pourtant, elle alla jusqu’à ce convertir religieusement, pour leur être agréable et partager avec eux une paix intérieure. Ne devint-elle pas juive, pour Arthur Miller et ses parents ?

Ne nous laissons pas aller aux clichés de Marilyn Monroe, si sauvagement diffusés mais apprécions cette douceur toute empreinte de volonté et d’amour.

Je crois que j’aurais aimé lui acheter ce chapeau et me promener à ses côtés.

Cet article est la suite de celui-ci : Un autre visage de Marylin – 1

(article vu 8 fois)

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. AS77 dit :

    et oui ,tout bonheur que la main n’atteint n’est qu’un leurre 😎

  2. ptitegone dit :

    James Dean et Marylin Monroe, un amour impossible , la fureur de vivre ou jamais le géant ne put conquérir cette reine.

Laisser un commentaire