Notre-Dame de Crécy

Et en exclusivité pour les Brionautes, voici les parolesdes deux titres-phares de cette comédie municipale.
Bonne lecture à tous !

Notre Dame de Crécy

 
C’est une comédie qui a pour milieu
Crécy la belle en mille lieux
Et ses plus de quatre mille gueux
Appelés à décider de leur avenir
 
Nous les troubadours anonymes
De la fronderie et de la rime
Tenterons de vous décrire
Le chaos pour les mois à venir
 
Il est venu le temps des municipales
Crécy est entré
Dans un nouveau PNR
Les hommes convoitent la même étoile
Veulent leur empreinte sur le champ de foire
A Bel-Air ou rue du Général Leclerc
 
Coup bas après coup bas, jour après jour,
Les postulants s’agitent auprès de la cour
Voudraient voir passer plus vite les jours
Qui les mèneront au scrutin républicain
 
Il est attendu le temps des municipales
La foule impatiente des barbares
Est devant la porte de l’édile
Laissons se battre ces bohémiens, ces cannibales
Et bientôt la fin de la fronde
Résonnera aux cloches des beffrois et sonnera l’issue du concile

Belle

 
Belle
C’est une place qu’on avait accordé pour elle
Quand elle pense et qu’elle met les lois à jour, tel
Un dodo qui étend ses ailes pour s’envoler
Alors j’sens le pouvoir s’ouvrir sous mes pieds
 
J’ai porté mes vues sur ce rôle municipal
A quoi me sert encore de voter Notre-Dame
Quel
Est celui qui lui lancera un tas de pierre
Celui-là ne mérite pas d’être derrière
 
Ô l’urne en verre !
Oh ! Laisse-moi rien qu’une fois
Glisser mes doigts sur le fauteuil d’Ouellmeralda
 
Suis-je le diable qui va s’incarner en elle
Pour détourner les gueux du Dieu éternel
Qui a mis dans mon être ce Crécy charnel
Qui fait rêver jusqu’au-delà de La Chapelle
 
Elle porte en elle un pouvoir originel
La désirer fait-il de moi un caramel ?
Celle
Qu’on prenait pour une ville de roi une ville de rien
Semble porter le croissant du Grand Morin
 
Ô Notre-Dame !
Oh ! Laisse-moi rien qu’une fois
Pousser la porte du bureau d’Ouellmeralda
 
On sait que les isoloirs vous ensorcellent
La dégéesse faut-il aussicompter sur elle ?
Quand la rumeur fait entrevoir monts et merveilles
Pour un ruban tricolore et arc-en-ciel
 
Administrés laissez-moi vous être infidèle
Juste après m’avoir mené jusqu’à l’Hôtel
Quelle
Est la liste qui obtiendrait son regard d’elle
Et une grande chance d’avoir sa photo officielle
 
Ô Fleur-de-Vice,
Pour les cacher dans le beffroi
J’irai voler les bulletins de vote d’Ouellmeralda
 
J’ai porté mes vues sur ce rôle municipal
A quoi me sert encore de voter Notre-Dame
Quel
Est celui qui lui lancera un tas de pierre
Celui-là ne mérite pas d’être derrière
 
Ô l’urne en verre !
Oh ! Laisse-moi rien qu’une fois
Glisser mes doigts sur le bureau d’Ouellmeralda
 
 
Librement inspiré par ce cher Victor Hugo, et LucPlamondon pour la version originale de la comédie musicale…
Parodié par IJ etMrs_J de la Chapelle sur Crécy.

(article vu 29 fois)

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. retraitactif dit :

    quel poête de IJ :-d) :-e) :=!

    • Korie dit :

      Les initiales IJ seraient-elles celles de la responsable des Services Techniques ? :# Non, pas de « plouf » dans le texte donc c’est pas elle.
      Bravo famille Jones. Mais j’ai bien peur que la réalité ne soit pas aussi drôle… Surtout dans les mois à venir.
      Bonne journé ensoleillée aux Brionautes et à leurs lecteurs. Beaucoup de travail en perspective, je vais peu ou pas intervenir durant un certain temps.
      Retraitactif veille au grain 😉 Maintien leur la tête hors de l’eau en cas d’endormissement prolongé !

  2. lomig dit :

    Par St Georges, point de forteresse imprenable …..
    Moi, je vous le dit …j’ai roulé ma bosse 😎

Laisser un commentaire