PNR brie et 2 morin le patrimoine au coeur du débat

Ce mercredi 25 novembre a eu lieu à Doue une réunion concernant le projet de Parc Naturel Régional de la Brie et des Deux Morin.
Cette réunion s’inscrivait dans le cadre d’une série de rencontres dites "élargies" où le grand public pouvait participer. (voir le programme dans notre article : PNR l’apport des citoyens)
Celle du 25 novembre avait pour thème : "Patrimoines, tourisme, vie locale".
4 enjeux avaient été définis. Pour chacun, les travaux précédents des commissions avaient permis de définir le constat et les argumentaires en faveur de la création d’un PNR. Des champs d’intervention, en somme les solutions pour atteindre cet enjeu, ont été proposés au cours de cette réunion. Tout cela peut paraitre abstrait, mais vous allez voir, en rentrant dans le détail des enjeux que c’est très concret et au coeur des préoccupations des habitants.
Jean-Pierre Delassale, Maire de Doue, accueille les participants.
Mme Marie Richard prend la parole et situe le contexte de cette réunion. Après des réunions des commissions de l’an dernier se sont dégagées des constats et des idées de champs d’intervention. Ces travaux élaborés grâçe à l’IAU (Institut d’Aménagement et d’Urbanisme) de l’Ile-de-France sont présentés ce soir. Ils se termineront par une réunion pléniaire le 21 décembre à Mouroux. S’en suivra au cours du premier trimestre une conclusion des travaux, qui précisera l’intérêt ou non de créer un PNR.
Ensuite, si la décision de poursuivre est arrêtée, un syndicat mixte sera constitué pour élaborer la charte du PNR.
(voir cet article du site du projet qui explique la démarche plus en détails : http://www.pnrbrie2morin.fr/spip.php?article47)

L’architecture du projet est complexe. Elle permet de mobiliser de nombreux acteurs, élus, associations et organismes d’étude. L’association des élus, présidée par Jean-Louis Vaudescal (absent excusé ce soir), est partie prenante du projet avec les autres acteurs.

1er enjeu : Améliorer le cadre de vie, favoriser la cohésion sociale et développer l’offre de services à la population.

Le constat est celui d’une certaine pauvreté dans la population du territoire des 132 communes d’étude.
On observe un veillissement de cette population, un exode des jeunes dans un contexte contrasté est-ouest. Et en fin de compte, dans ce vaste territoire, la difficulté d’offrir des services aux populations.

Les champs d’interventions possibles pour améliorer cette situation consistent à créer une offre de services, de transport, de formation, de logements.
Ce point peut paraitre inopportun dans le cadre d’un PNR où l’on attendrait plutôt des thèmes plus en rapport avec la nature et le patrimoine, en particulier sur le sujet de ce soir. Les intervenants, Mme Richard en tête, s’en expliquent.
Vouloir améliorer la vie des gens est tout autant louable que de préserver les paysages. Un PNR peut avoir un impact sur l’image d’un territoire et par là-même faire venir des services. Il permet de valoriser un territoire dans son ensemble et d’être ainsi un lieu que l’on recherche, où l’on veut aller s’installer. On pense bien sûr aux médecins par exemple, qui font défaut.
Un PNR, par sa structure, par  ses moyens aura la capacité à monter des dossiers, à obtenir des financements, bien au-delà de ce que peuvent faire seules des communes ou des communautés de communes.
Quelqu’un dans le public parle alors de la formation au patrimoine local.
Nouvelles formations, nouveaux métiers, des espoirs naissent pour nos jeunes.

2ème enjeu : Valoriser les patrimoines, paysages et savoir-faire, consolider l’identité territoriale, son appréhension et sa mise en valeur.

Nos paysages sont caractérisées par leur douceur. Ils ne sont pas exceptionnels en soi mais sont riches par leur variété, leur ruralité, ils sont représentatifs d’une vraie campagne.
Et quelqu’un de citer nos prairies, mais aussi nos fromages, notre savoir-faire, notre agriculture, et tout un petit patrimoine qui parsème notre paysage et nos villages.
Ce patrimoine est menacé par l’urbanisation, par des reconstructions maladroites, par des pertes de savoir-faire.
Un PNR peut contribuer à le préserver en définissant des axes d’évolutions du territoire qui respectent ses paysages, en développant les connaissances, en soutenant les initiatives culturelles en lien avec le paysage, en développant les métiers du batiment permettant de réhabiliter notre patrimoine bati dans les règles de l’art, …
Il saura fédérer tous les acteurs, faire connaitre les initiatives, assurer la cohérence des actions entreprises par tous ceux qui oeuvrent pour préserver le patrimoine naturel et écologique.
Un représentant de l’association "la brie des étangs" nous parle de ce patrimoine mal connu hérité des 3 abbayes briardes (Rebais, Jouarre, faremoutiers) et qui pourrait être remis en valeur.
Notre ami pêcheur, président de l’AAPPMA de Crécy nous parle de ces 17500 pêcheurs seine-et-marnais tous dévoués à la préservation de la nature et en particulier de la qualité de l’eau.
Nul doute que le territoire du futur PNR est plus riche encore que ce qui a pu être inventorié jusqu’à présent.
Un PNR, sans imposer comme l’aurait souhaité un intervenant dans l’assemblée, peut inciter les propriétaires à mieux entretenir les éléments de patrimoine qui leur appartiennent. La prise de conscience que c’est leur intérêt de valoriser leur bien et les aides financières que peut apporter un PNR sont autant d’arguments à prendre en compte. Un effet d’émulation doit être enclenché.
L’éducation, l’information, les outils mise à disposition sont autant d’atouts que peut apporter un PNR dans cette démarche.

3ème enjeu : Améliorer et structurer l’offre touristique et la professionnalisation des acteurs.

Dans beaucoup de PNR, l’aspect touristique vient ensuite, un peu comme conséquence. Dans l’étude du PNR Brie et 2 morin, il est placé dès le départ comme un enjeu. Les atouts sont nombreux : richesse paysagère et patrimoniale, pôles touristiques proches. L’offre d"hébergement est par contre insuffisante et le territoire pas suffisamment connu.
Le PNR peut apporter au territoire une marque reconnue, un label qui soit fédérateur pour de nombreux touristes.
Créer une dynamique dans le monde du tourisme aura un impact sur l’activité économique dans son ensemble.
Le PNR est en soi un outil de communication pour promouvoir le tourisme. Tout un public est sensible aux valeurs véhiculées par la notion de PNR, c’est ce public qu’il faut aller chercher.
Quelqu’un du public cite le terme de terroir, qui pourrait caractériser le territoire au travers de quelques-unes de ses spécialités nationalement, voire mondialement connues :
– le brie
– le cidre
– la meulière

Cette réflexion rejoint les champs d’interventions définis : développement d’activités identitaires et de l’offre de musées.

4ème enjeu : Optimiser l’offre de transport en tentant de concilier les diverses natures de besoins, développer les modes de déplacements doux et les inter-modalités.

Le constat est l’insuffisance des réseaux de transports, notamment en commun, carence due à l’étendue du territoire.
Les solutions préconisées passent par un développement de l’offre de transports en commun et les modes de déplacement doux ainsi qu’un développement des réseaux numériques.
A cela s’ajoute une incitation vers des comportements différents : covoiturage, taxis collectifs, …
Une personne évoque la possibilité de réaliser des pistes cyclables sur l’emprise du réseau gaz ou du futur gazoduc qui devrait traverser en sous-sol tout le territoire.
Le PNR peut apporter par une vision plus vaste, la réalisation d’un plan de déplacement plus cohérent au niveau du territoire tout entier.

Le document de travail présenté en séance : http://www.pnrbrie2morin.fr/pdf/novembre2009/prepapatrimoinesenjeuxfinal.pdf 

L’exemple d’un PNR voisin : PNR Oise Pays de France

Présentation par Brigitte Souverain chargée de mission au PNR Oise Pays de France
site : http://www.parc-oise-paysdefrance.fr/

Ce parc a été créé en 2004, il est donc très récent.
Il est axé sur un tourisme de nature et de culture, près de Paris et de Roissy. Cette région subissait une pression foncière très forte, ce qui a motivé la création du PNR afin de préserver ses atouts de l’urbanisation.
Il présente plusieurs sites remarquables : Chantilly, Royaumont, Senlis, Chaalis, Ermenonville, …
L’offre d’hébergement est composé d’hotels haut de gamme (près de Roissy) mais aussi de chambre d’hôtes. Le taux moyen d’occupation est supérieur à 60%, ce qui est très satisfaisant.
Il est bien desservi par les transports, tout au moins pour la partie ouest.
Il intègre un parc d’attraction isolé dans la forêt (Astérix) sans que cela soit incompatible avec la notion de PNR.
De nombreuses forêts constituent le territoire. 800 km de sentiers dont 200 balisés permettent de le découvrir à pied.

La charte a défini 4 axes principaux :
– contribuer à l’organisation de l’activité touristique,
– améliorer l’accueil,
– favoriser un tourisme lié au patrimoine culturel et d’identité du territoire, en particulier faire connaître le petit patrimoine,
– gérer l’accueil des touristes.

Les axes stratégiques du parc : 
* Positionner le parc parmi les acteurs du territoire :
– image identitaire,
– identité visuelle au travers de la signalitique par exemple.
Le parc peut se visiter en une journée au travers d’une thématique choisie. Les documentations nombreuses et hamonisées présentent les activités avec la vision de territoire, par thèmes. Les actions sont menées en concertation avec les offices du tourisme.

* Structurer une offre touristique qualitative. Pour cela, créer une marque s’appuyant sur un référentiel commun des acteurs du tourisme, privés en particulier. Ainsi, des formations sont organisées afin de diffuser des bonnes pratiques pour les hébergeurs. Des formations de guides du parc sont également mises en place. 

* Offrir un meilleur accueil :
– des circuits au départ des gares,
– des forfaits touristiques pour de courts séjours, coffrets cadeaux, …
– des plaquettes sur les producteurs agricoles,
– des actions de communications, salons, …

Le collectif Ville-campagne
site : www.installation-campagne.fr

Cette association créée en 1946 a pour but de faciliter les installations de citadins à la campagne. Elle travaille en particulier avec la fédération nationale des Parc naturels régionaux (FNPNR)
Elle offre un appui aux candidats à l’installation à la campagne ainsi qu’aux territoires pour organiser cette installation.
Elle dispose d’un centre de ressources et de recherche sur ce sujet.
Elle sensibilise les pouvoirs publics.
 
Elle travaille sur l’accueil des futurs habitants et sur l’attractivité des territoires.

Dans le cadre de sa convention avec la FNPNR, elle apporte méthodologie, veille, contacts, expériences, outils, …

La présentation dont je n’ai gardé que quelques principaux éléments s’applique à des expériences très concrètes. Je vous invite à visiter leur site pour découvrir des exemples d’actions.

La présentation du collectif ville-campagne : http://www.pnrbrie2morin.fr/pdf/novembre2009/Collectifvillecampagne.pdf
 

(article vu 7 fois)

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Vous aimerez aussi...

40 réponses

  1. jna dit :

    Très intéressant.
    J’ai lu avec une certaine attention les différents documents présentés notamment sur le site de l’association des élus pour le PNR.
    Tous les argumentaires (enjeux et déclinaisons dites pratiques) sont applicables à tous les PNR. L’étude « état des lieux » commandée à cabinet spécialisé n’est qu’un tissu de copier/coller et de banalités, on y apprend rien.
    Il ne s’agit pas de râler mais je me demande si on ne s’est pas vraiment trompé sur le périmètre vu qu’il n’en sort rien à l’heure actuelle au niveau des Morin. N’aurait-il pas fallu cibler la Brie, un peu plus large en essayant d’inclure PROVINS dedans et du coup un site inscrit au patrimoine de l’UNESCO, mais aurait aussi d’autres sites remarquables (je citerais Montaiguillon). (un atout peut-être pour la décision finale de création du PNR)
    J’ai l’impression à la lecture des compte rendus que les déclinaisons pratiques sont un saupoudrage de petites mesures diverses et variées au sein desquelles on ne perçoit pas de fil rouge, pas de fil conducteur : un peu de nature, un peu de patrimoine, un peu de « social », un peu de transport (covoiturage et taxis collectifs, … juste pour rire).
    Quand on parle d’aider à préserver le petit patrimoine, il est intéressant de regarder ce qui se passe à Crécy. Cela peut donner des idées en matière de contre exemple et pourtant, la municipalité propose des subventions aux propriétaires de passerelles, pour ne parler que d’eux. Concernant les opérations de conseil diverses, j’ai souvenir d’un joli document réalisé sur l’architecture traditionnelle en pays Créçois et destiné à aider les propriétairse à rénover les constructions anciennes …. quid ? un beau doc qui a servi à quoi ?

    Alors que l’on nous parle d’alléger les structures administratives (départements) il ne faudrait pas que le PNR se présente comme une nouvelle entité supra-communautaire de communes …; une couche de plus qui pourrait lourdement peser sur la fiscalité locale d’une façon ou d’une autre : syndicat, indemnités, études nombreuses, subventions, …
    En disant cela, j’oublie les contre parties, les retombées économiques qui n’ont en général d’existence qu’a priori … quid de la réaliité en la matière dans des PNR de profils comparables ??

    • retraitactif dit :

      concernant les 4 dernières lignes de cet article,il suffit de se reporter à celui qui précède pour constater qu’il y a aura bien une couche en plus..un syndicat..
      On est comme ça en France et contrairement aux publicités sur les pots de peinture; une couche ne suffit pas.
      Dans toute administrion de ce genre on fait du multi-couche et puis il faut bien faire vivre les copains bien que souvent on retrouve les mêmes dans chaque couche; on n’est pas trop partageur.
      D’ailleurs on appelle une représentation un mandat et pour le petit peuple c’est quoi un mandat…

  2. lomig dit :

    La Brie : 3 eme region cidricole de France …et pourtant nos petits cidriers prêts à baisser les bras..
    Le brie : roi des fromages … Melun , Meaux et pourquoi pas Coulommiers ou Montereau …. notre terroir est riche … je l’ai rappelé lors de la réunion du PNR de Boissy le châtel … mardi dernier…
    Relocaliser l’emploi, développer le maraîchage, l’horticulture ….. la filère bois …Roeser à Crécy se fournit en partie localement …idées à suivre ?

  3. jms dit :

    L’apport d’un PNR sur un territoire serait une aubaine en termes de retombées. Sur les apports il n’y a que du positif. Il suffit de s’intéresser à comment cela passe à ailleurs pour se rendre compte. Tous ceux qui assistaient à l’exposé de la personne venant du PNR Oise pays de France ont été conquis. Il faut aller voir sur place.
    La difficulté est, me semble-t-il, dans les résistances venant d’en haut. Et le talon d’achille dans l’argument sur le mille-feuilles. Je l’ai un peu senti à la lecture du 1er enjeu. On a tendance à penser : mais-ce que l’offre de services et le niveau de vie des habitants viennent faire là. Il y a déjà des instances qui se chargent de ces compétences et pourquoi rajouter une couche ? Il ne fait aucun doute qu’un PNR contriburait à relever le niveau de vie et la qualité de vie des habitants. Mais peut-être ne faudrait-il pas trop mettre en avant cet argument, dans cette période de crise où qui plus est l’état a envie de s’attaquer ce mille-feuilles. Je reste persuadé qu’une fois les élections régionales passées, on ne parlera plus du mille-feuilles et que le projet pourra passer. D’ailleurs le calendrier est calé sur celui des élections. Les études seront terminées au premier trimestre, et c’est après les élections que le « nouveau » conseil régional se prononcera.

    • jna dit :

      oui, je me demande (en termes de com) s’il n’y a pas trop de thèmes abordés : l’idée du parc naturel pour le citoyen tourne d’abord autour de la nature, puis éventuellement autour du patrimoine (complément touristique).
      S’il faut se ramener à la rubrique « Qu’est-ce que n’est pas un parc naturel » (voir communication de l’asso des élus) pour comprendre ce dont il s’agit.
      Comparé aux PNR des Volcans d’Auvergne, au PNR du Morvan, ou même de la Forêt d’Orient (plus petit, mais très orienté nature autour du lac et de la forêt) on a un peu de mal à se situer.

      • AS77 dit :

        La Brie : 3 eme region cidricole de France …et pourtant nos petits cidriers prêts à baisser les bras..
        Le brie : roi des fromages … Melun , Meaux et pourquoi pas Coulommiers ou Montereau …. notre terroir est riche … je l’ai rappelé lors de la réunion du PNR de Boissy le châtel … mardi dernier…
        Relocaliser l’emploi, développer le maraîchage, l’horticulture ….. la filère bois …Roeser à Crécy se fournit en partie localement …idées à suivre

        ?le cidre les gens ne boivent plus ,les petits vergers sont vendues en terrains à bâtir .
        le fromage vu son prix et le manque à gagner des français,qui sont de plus en plus pauvre ,
        localiser l’emploie un rêve ,les actionnaires ne sont pas des âmes sensibles au point de vouloir gagner moins pour que le peuple vive densément, le maraichage les prix cher le petit producteur locale sont beaucoup trop cher par rapport au prix que les grandes surface leurs achètent leurs légumes , les fleurs pareil ,le filière bois beaucoup trop cher par rapport au autres marchés , :b

        • jna dit :

          les vergers sont vendus comme terrains à bâtir : vrai, car les vergers traditionnellement étaient situés en retrait mais à proximité des habitations, aux abords des villages, à l’arrière des maisons et/ou des jardins. Attention, un verger est un éco système fragile dont la durée de vie est limitée.
          Les français et les briards en particulier ne mangent plus de fromage et encore moins de Brie fermier, trop cher pour leur pouvoir d’achat. L’étude du PNR a montré que la population du PNR était plutôt pauvre. Donc le fromage briard, il faudra penser à l’exporter au-delà des frontières du PNR, au pays des actionnaires qui eux peuvent s’en offrir. Cela dit, comme le PNR apportera des richesses à la population, un jour, les briards pourraient bien remanger du fromage !
          Pour les maraichers locaux, l’avantage c’est que tu peux aller de servir la nuit dans les champs, c’est moins cher, voire gratos si tu ne fais pas piquer.
          Les fleurs, dans un PNR, ça devrait pousser partout en grande quantité à l’état naturel, donc ce ne sera pas un problème pour en avoir. Il suffira de se baisser …

    • retraitactif dit :

      J’ai toujours été admirateur devant la posivité de notre ami JMS.. 😉 :=!

      • jms dit :

        Il faut bien compenser la négativité de jna.
        En fait c’est en s’interessant à ces sujets de plus près qu’on en perçoit un peu plus l’intérêt.
        Tu as raison quand tu dis que les élus ne sont pas partageux, c’est presque à ça qu’on les reconnait, comme dirait Audiard. Mais cette fois, ils ont permis à tout un chacun de participer à des réunions thématiques dites élargies, alors il faut en profiter et aller à ces réunions. Mais, bien sûr, c’est plus facile de dénigrer, façon jna …

        • jna dit :

          je ne relèverais pas ces attaques mesquines et si faciles. 🙁
          jms a besoin de se faire des amis, de s’intégrer dans les différents réseaux de forces vives. C’est donc normal qu’il positive et cire les bottes à l’occasion. C’est une stratégie intelligente qui donnera de bons résultats. :=! C’est de bonne guerre et nous ne lui en voulons pas.
          Il faut bien que quelques uns apportent un peu de contadiction sur ce site, fût-elle de mauvaise foi, car sinon « brionautes.com » finirait par ressembler à un super bulletin municipal fade et sans saveur :paf

          • jms dit :

            Je suis bien d’accord avec la dernière phrase, sur la nécessité d’apporter contradiction et débat. Le site est aussi là pour ça. Il doit apporter de l’information et du commentaire au travers d’avis divergents.

          • retraitactif dit :

            Si JMS voulait s’intégrer dans les réseaux de forces vives,je lui donnerais bien volontiers raison; la politique y a que ça de vrai.
            On peut tout dire et son contraire
            On est pas obligé de dire ce qu’on pense, il suffit de causer, de rester très abstrait, d’aller dans le sens du poil
            On est invité aux cocktails :-a)
            On est bien vu de tout le monde du fait qu’on retourne sa veste fréquemment :#
            On profite de voyages :-d)
            Etc…
            D’ailleurs quand on voit le nombre de personnes qui se présentent à toutes sortes d’élection, il est sûr que ça doit être intéressant.
            😛 Mais non c’est pour se dévouer pour les autres 😉 .

            • jms dit :

              Ce que je constate, au sein de l’association de l’Office du tourisme, comme chez qui s’intéressent au PNR, et comme dans toutes les associations locales, c’est qu’on retrouve toujours les mêmes personnes. Et c’est un peu pareil dans les conseils municipaux, un grand nombre de retraités et quelques autres qui galèrent pour dégager un peu de temps. Quand ils s’investissent un peu plus dans une association c’est au détriment d’une autre, on ne peut pas se couper en 4.

              • AS77 dit :

                on vois bien à travers vos commentaires ,que la plupart des élus sont ennuyer par le P N R d’un côté ils sont gênés par le fait de ne plus défigurée nos petits villages s’en que la population râle et d’un autre par le fait des enjeux politiques vis à vis de la monter en puissance de l’écologie ,et bravo aux particulier comme JMS et moi même ,ainsi que beaucoup de personnes associatives ,autres que celle mise en placent par nos élus afin de mieux contrôler se qui se passe à travers nos villages :b

                • jna dit :

                  Là AS77, tu nous fais rigoler, ce n’est pas la première fois, remarques bien. 😉
                  Les particuliers et membres d’associations que tu opposes aux élus dans ton commentaire et que l’on retrouve dans ce type de réunions, ne sont eux mêmes que d’anciens élus, d’anciens battus, de futurs candidats aux élections qui parfois sont aux commandes d’associations à titre de tremplin, mais qui pour la plus part se verraient bien à la place des AUTRES après les prochaines élections.
                  Du coup, je dirais que ce n’est qu’une question de « turn over » mais que la base est toujours la même, on prend les mêmes et on recommence. Alors, il faut arrêter de nous prendre pour des imbéciles avec tes discours de gentils, ça ne marche pas :b

                  • AS77 dit :

                    sacré JNA ,aurai tu la nostalgie de mai 68,il est vrai que bien souvent je me dit que j’aurai du faire une carrière politique, en étant hypocrite,spécialiste du retournement de veste ,avoir une carte de visite avec un état des lieux de toutes sortes d’appartenance dans différentes associations ,et de profiter de la connerie humaine dont en SEINE et MARNE ,c’est une spécialité : gentils n’a qu’un oeil tous le monde en à deux (bien sur je parle des yeux )

                • retraitactif dit :

                  T’as raison de te féliciter toi-même; ferais tu du nombrilisme? 😉

                • jms dit :

                  Delaissant les sarcasmes de quelques aigris moqueurs, tu restitues le débat dans ses vrais enjeux.
                  Les réticences parmi les élus sont sûrement bien vraies. Il y a ceux qui peuvent craindre pour leur projets, croyant que le PNR va bloquer le développement économique. Ils ont tort. Et puis ceux qui connaissent à peine l’existence du projet, ou sont sceptiques par ignorance. Il serait intéressant de connaitre la liste des élus des communes de l’étude et qui ne participent pas au projet. Leurs administrés doivent savoir pour les interpeller et leur demander des comptes : vous avez laissé passer une aubaine pour votre commune !

            • Florence dit :

              « je n’ai rien d’autre à offrir que du sang, de la peine, des larmes et de la sueur ».
              Winston Churchill le 13 Mai 1940.
              Eh bien il disait ce qu’il pensait, il n’était pas abstrait, et il n’allait pas dans le sens du poil !
              Je le cite pour me changer les idées parce que vous me mettez le moral dans les chaussettes avec vos arguments, pas faux à 100 % je le reconnais 😉
              Enfin ce n’était pas un politicien lambda mais un grand homme comme de Gaulle.
              Bon ne parlons pas trop d’exceptions.
              Cependant il faut de tout pour faire un monde où tout n’est pas pourri, et je suis persuadée que chez certains élus le plaisir de servir se conjugue avec celui de faire oeuvre intéressante parce qu’utile. On donne mais on reçoit également.

  4. jms dit :

    Je viens de rajouter dans l’article les liens vers les documents présentés en séance : les enjeux et le collectif ville-campagne.

Laisser un commentaire