Soirée-débat « Le langage du jeune enfant »

La Maison de la Petite Enfance du Pays Créçois organise une soirée-débat sur le thème « le langage du jeune enfant » le jeudi 20 novembre 2014 à 20h (Salle du conseil de la Communauté de Communes du Pays Créçois – 3 rue de la Chapelle à Crécy-la-Chapelle).

Intervention de Florence Winter, psychologue clinicienne et de Caroline Dieny de La Librairie Café de Crécy-la-Chapelle.

Cette conférence est ouverte à tous (parents, assistantes maternelles, professionnels de la Petite Enfance, …)

Renseignements et inscriptions au 01.64.63.43.57.

(article vu 15 fois)

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Vous aimerez aussi...

10 réponses

  1. Korie dit :

    Sans malice de ma part, la question que je me pose est : pourquoi ce débat ? Quel est son but ? Car pour comprendre un langage et de surcroît celui de son propre enfant, ne suffit-il pas d’observer et d’écouter ? Ajoutez à cela l’amour qu’on lui porte, on devient incollable ! 😉
    Je me souviens de l’époque où mes enfants étaient bébés, j’aurais été capable de les reconnaître les yeux bandés, parmi une multitude d’autres bébés. La fusion d’une maman avec son enfant est telle qu’on peut même se passer de la parole pour communiquer.
    Et puis, qu’il ait 1 mois, 10 ans, 16 ans, 20 ans ou plus, on ne doit pas se retenir de lui dire « je t’aime », c’est à mon avis une des clefs de l’équilibre de l’adulte qu’il deviendra.
    Et puis, ne jamais douter de son enfant, de ses capacités, l’encourager, le soutenir et lui sourire au quotidien.
    J’ai un message à passer à tous les parents :
    Ne perdez pas courage face aux commentaires négatifs de certains (pas tous) professeurs. Ces derniers (ça va pas leur plaire) sont souvent source de stress et peuvent générer une pression dont ils n’ont peut-être même pas conscience. Ne doutez pas de votre enfant. Les deux miens, à les entendre étaient destinés tout droit à la case « Echec Scolaire ». Je me suis souvent posé de nombreuses questions… Mon stress du coup, je le transmettais à mes enfants. Et puis, en allant aux Conseils de Classe, aux Commissions, Conseils d’Administration, j’ai compris beaucoup de choses sur l’Education Nationale…
    J’ai soutenu mes enfants, j’ai laissé « causer », je me suis souvent insurgée lors de Conseils de Classe à propos de certaines décisions que je trouvais injustes, prises envers d’autres enfants que les miens (je n’ai pas toujours été très populaire auprès de certains professeurs). J’ai appris pas mal de choses, mes enfants aussi…
    Aujourd’hui, j’aimerais dire à ces « oiseaux de mauvaise augure » combien j’ai eu raison de ne pas perdre confiance en ma « progéniture » ! L’aîné, qu’on pré-destinait à un avenir scolaire avec à la clef le mot échec gravé au fer blanc bah figurez-vous qu’il a eu son bac, puis il a réussi les épreuves de pré-sélection qui ont duré un an, pour intégrer une grande école d’informatique, qu’il a donc été sélectionné pour passer les épreuves finales de sélection d’une durée d’un mois cet été et pour finir, vous savez quoi ? Etre admis ! 1% d’admission (800 élèves sur toute la France sur 80000 !). Dès la deuxième année, les Start-up, les Grandes Entreprises comme Google, Facebook, Free et bien d’autres, posent des options sur les étudiants de cette école. L’année dernière, l’un deux a été embauché par la NASA. En général, ces jeunes partent après leurs Etudes aux Etats-Unis et au Canada.
    Quant à son frère, mon tout petit 😉 il a suivi la voie qu’il voulait, il est dans l’école qu’il souhaitait, une école reconnue dans la profession qu’il veut exercer, en alternance dans une belle Entreprise dépendante de l’Etat !
    Peut-être n’avons-nous pas la même notion de ce que peut-être un échec… 😎
    Ne doutons pas de nos enfants, nous sommes là pour les élever en dépit de ce que certains dans notre Société peuvent penser, n’ont pas su comprendre ni détecter, assis sur leurs convictions, décidés à ne pas changer d’avis et encore moins à s’adapter à notre Société.
    Ils ont des compétences nos enfants, déjà dès la conception, ils sont forts. Et dire que tout ça commence par un langage qu’on peut tous comprendre, un « je t’aime ».
    Bon courage les parents ! Tenez bon les enfants, l’avenir scolaire n’est pas si sombre qu’on vous le dit, il faut vous accrocher ! Tant que l’amour est là, tout va.

    • jms dit :

      Pourquoi ce débat en effet ?
      Il est question là des jeunes enfants, avant même toute considération scolaire ou au maximum tout au début.
      Probablement que les spécialistes ne feront qu’énoncer des portes ouvertes. Il est bien clair que les parents ont bien souvent mieux que n’importe quel spécialiste l’instinct qu’il faut pour savoir communiquer avec leur enfant.
      Mais pas toujours. On voit tant de gens destructurés, désociabilisés. On entend tant de messages contradictoires, on cherche à tout relativiser, mettre en doute les fondamentaux, les choses évidentes, il est bon d’en revenir à l’essentiel.
      Pour ce qui est de l’école, on a le droit de s’inquiéter. Le niveau baisse, c’est indéniable. Le bac n’a plus aucune valeur. La nouvelle mode au collège c’est de donner que des bonnes notes. C’est bon pour le moral, il faut positiver, mais qu’en restera-t-il ?

      • Korie dit :

         » La nouvelle mode au collège c’est de donner que des bonnes notes. C’est bon pour le moral, il faut positiver, mais qu’en restera-t-il ? » Ah bon ? :# Les choses ont changées alors.
        Quand tu dis :  » Le niveau baisse, c’est indéniable » oui et non.
        L’Education Nationale doit changer beaucoup de choses et surtout la façon d’enseigner et de communiquer avec les enfants. Après, je suis d’accord avec toi, on voit beaucoup de gens destructurés etc. mais justement, comment transmettre ce que l’on a pas appris ? A savoir, le respect (y compris envers les professeurs…). Et là où on rejoint le sujet de l’article, ça commence tout bébé, par le langage, la communication le tout entouré d’amour.

      • Florence dit :

        « Pour ce qui est de l’école, on a le droit de s’inquiéter. Le niveau baisse, c’est indéniable. Le bac n’a plus aucune valeur. La nouvelle mode au collège c’est de donner que des bonnes notes. C’est bon pour le moral, il faut positiver, mais qu’en restera-t-il ? »

        Autrefois l’élève moyen du certificat d’études connaissait bien ses conjuguaisons, et en particulier ne faisait pas la confusion entre l’infinitif et le participe passé. Je suis absolument ahurie de voir la façon dont écrivent des gens qui ont fait des études supérieures.

        • Korie dit :

          Les conjugaisons, l’infinitif et le participe passé, c’est surtout une question d’apprentissage, comme les tables de multiplication, d’addition. Si t’apprends tu sais.
          Idem pour la géographie, l’histoire, bref c’est pas une question d’intelligence à proprement dite.
          Faut croire que « dans le temps », les gens étaient plus disciplinés. Ce sont ces disciplinés-là qui ont fait mai 68 remarquez 😉 Ah j’entends retraitactif sortir de sa tannière ! 😉
          Se construire, prendre les bonnes décisions, choisir ses relations, ses amis, son école, son métier et mettre tout en oeuvre pour y arriver, respecter l’autre c’est plus une question de bon sens, ce que j’appelerais de l’intelligence. Si en plus, on a appris le respect de l’autre, qu’on a eu les parents qu’il fallait, alors c’est la réussite au bout du chemin, les portes vont plus s’ouvrir que se fermer !
          Malheureusement, certaines familles n’ont pour seul langage que la violence, l’irrespect et s’ignorent à l’intérieur même de leur foyer. Des enfants sont battus, sont élevés dans les cris, abandonnés, des pères absents, des mères perdues, bref, c’est le seul « langage » qu’il connaîtront dès leur naissance et peut-être avant. S’ils ne font pas les bonnes rencontres bonjour la cata.
          L’Education Nationale telle qu’elle est actuellement est à réformer…
          Tout ceci n’est pas aussi éloigné du sujet du débat proposé intitulé « le langage du jeune enfant »

          • Florence dit :

            « Les conjugaisons, l’infinitif et le participe passé, c’est surtout une question d’apprentissage, comme les tables de multiplication, d’addition. Si t’apprends tu sais. »

            « Faut croire que « dans le temps », les gens étaient plus disciplinés … »

            Concernant l’orthographe il faut surtout comprendre, et là ce n’est pas la faute des élèves, que maintenant on ne fait plus de dictées, et les dictées étaient vraiment très efficaces pour l’apprentissage. C’est vrai que, comme tu le dis, « L’Education Nationale telle qu’elle est est à réformer … »

          • retraitactif dit :

            « Faut croire que « dans le temps », les gens étaient plus disciplinés. Ce sont ces disciplinés-là qui ont fait mai 68 remarquez Ah j’entends retraitactif sortir de sa tannière ! »
            tu as gagné, je sors de ma tanière ;il y en a un autre qui est sorti aussi de sa tanière et qui visite la seine et marne parait-il?

            Soyons sérieux..en mai 68 je n’étais déja plus un étudiant ian ian face au CRS SS; les barricades c’était pour les mômes de 18/22.
            Dire que ces gamins ont entraîné tout un pays dans la contestation même les durs de chez Renault :=!
            il faut croire qu’ils avaient de bonnes raisons.
            ces bonnes raisons sont pire maintenant puisque à l’époque au moins ces gamins n’étaient pas chômeurs ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.
            Et puis ils étaient gonflés tout de même ces gamins; certains y ont laissé leur peau (1 dizaine de morts en Mai).
            Pour en revenir au sujet « le langage du jeune enfant » ce n’est certainement pas inutile de lui apprendre et de le comprendre très tôt vu que d’après les statistiques beaucoup de parents ne se préoccupent guère de leur progéniture.
            de toute formation ou information qui nous semble parfois inutile, il reste toujours quelque chose.
            :#

Laisser un commentaire