Steichen inventeur de la photographie d’art et Voulangeois célèbre

Edouard Steichen est un photographe de renommée mondiale qui vécut à Voulangis dans les années 1920.
Durant 20 ans, le jardin de sa maison à Voulangis fut le théâtre de ses œuvres et notamment d’une bien étrange sculpture réalisée par l’un de ces amis, celèbre lui-aussi.
Je ne sais pas où se situe ce jardin mais je suggérerais volontiers à son actuel propriétaire d’ouvrir un musée.
… Steichen sa vie, son oeuvre dans la suite …

Edouard Steichen est né le 27 mars 1879 à Bivange au Luxembourg. En 1881, ses parents immigrent aux Etats-Unis à la recherche de travail.
A l’âge de 15 ans, il commence des études dans un atelier de lithographie et se distingue rapidement par ses talents. Il découvre alors sa passion pour la photographie et en 1895, à l’âge de 16 ans, il prend sa première photo et devient rapidement célèbre aux Etats-Unis.
Son répertoire comprend alors des portraits de célébrités tels que Richard Strauss, Winston Churchill, Henri Matisse, Greta Garbo ou Gary Cooper.

Il vient en France et s’installe à Voulangis de 1908 à 1927; il s’intéresse alors beaucoup à la nature, réalisant notamment des photos de près d’escargots ou de fleurs.
Sa photo “Heavy Roses” illustrant cet article s’est vendu 150 000 Dollars et appartiendrait à Elton John.
Il est l’ami de Rodin dont il photographie les œuvres. Il est également proche du sculpteur Roumain Constantin Brancousi, précuseur lui-aussi et qui réalise dans le jardin de Steichen une vis sans fin à même un tronc de peuplier.
Durant ses années en France, il expérimente le nouveau procédé de photographie couleur mis au point par Louis Lumière : la plaque autochrome

A Voulangis, il s’essaya également à la peinture, son inspiration favorite étant les tournesols.

Pendant sa vie tourbillonante (il a été marié à 4 reprises, participe aux côtés des Américains aux deux guerres mondiales), il est aussi commerçant d’oeuvres d’art, botaniste, photographe de guerre et directeur de la section photographique du Musée d’Art moderne à New York.

Steichen se retire en 1962 pour écrire sa biographie. Il meurt le 25 mars 1973 à New-York.

(article vu 7 fois)

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. jna dit :

    L’atelier de Brancusi a été reconstituté par Renzo Piano, l’architecte de Beaubourg, pour exaucer le voeux de Constantin, de voir le Musée natinal d’art moderne reconstituer son atelier tel qu’il était le jour de sa mort.
    Je l’ai visité l’année dernière et j’ignorais à l’époque que le dit Brancousi avait vêcu à Voulangis. Cette reconstitution n’est pas dans le musée d’art moderne mais est située sur (sous) le parvis de Beaubourg tout à gauche en regardant l’édifice (à côté du Leroy Merlin), dans une sorte de sous-sol !
    L’entrée est gratuite, en tout cas on n’avait pas payé ce jour là. Jetez-y un coup d’oeil si vous passez par là c’est très sympa comme visite.
    Je me demande si cette reconstitution correspond à l’atelier de Voulangis ?
    jna

    • jms dit :

      Brancousi n’avait pas directement d’atelier à Voulangis me semble-t-il. Il profitat du jardin de son ami Steichen pour sculpter son peuplier. D’ailleurs quand Steichen quitta Voulangis, Brancousi coupa l’arbre et le fit transporter dans son atelier, dommage il serait peut-être encore là !

  2. Jean-Michel Sagnes dit :

    Bonjour,
    je suis étudiante à l’école du Louvre et je me spécialise en histoire de la photo.
    cette année mon professeur à régulièrement mentionnée la commune de Voulangis comme lieu de résidence du photographe steichen. Vivant à coutevroult (et donc à côté) je me suis longtemps demandé s’il sagissait du même village. il semble que oui et j’en suis enchanté.
    Je me demande où se situe cette maison dans le village? Si vous avez une idée….
    pour trouver des photographies de Steichen ou de Brancusi il est utile de se rendre au musée Rodin de paris qui possède une grande collection de photographies originales des contemporains de Rodin.
    Mon professeur en est d’ailleur la conservatrice, Hélène Pinnet.

Laisser un commentaire